Comme une traversée… (Belize-Costa Rica) et sueurs froides (les Jack Sparrow version pêcheurs)

16 jours de nav, 14 nuits…

Mardi 13 février, nous lançons le départ pour le Costa Rica où nous attendent des amis communs avec Fakarever.

Départ de Hatchet avec un gros temps, 40 nœuds au compteur. Au moment de partir, je fais tomber une canette de bière du Capitaine sur mon orteil … sur l’échelle de la douleur de 1 à 10, j’étais à 20!

Malheureusement une avarie sur le groupe électrogène de Fakarever nous stoppe, nous remontons par la passe sud jusqu’à San Pedro pour essayer de trouver la pièce manquante qui arrivera le surlendemain matin.

IMG_6458
Encore frais

Jeudi, vrai départ cette fois, nous décidons de passer de notre côté par la passe sud (soit faire le chemin inverse ), rallongeant d’au moins 40 milles le trajet pendant que Fakarever tentera la passe nord avec brio .

Et là commence ce qui ressemble à une transat en pire, je m’explique… nous faisons du près serré, très inconfortable et très dur à tenir pour un cata qui ne sait faire que des bords carrés, là où une transat se fait plutôt au portant, et contre une houle nous donnant l’impression d’être dans une essoreuse.

En plus, nos amis nous attendent pour le 26 février et notre gps nous prévoit une arrivée pour début mars…angoisse . Je leur envoie un mail iridium en leur indiquant que la nav est « laborieuse » (ce sens de la litote…) et leur suggère d’aller sur le site des amis pour suivre notre route en live… manière homéopathique de les préparer au pire .

Plus tard, ma mauvaise foi et moi même ferons amendes honorables auprès du Capitaine qui a opté pour la stratégie du « on essaie de remonter un max au vent » contre la théorie : on tire de longs bords, au moins on a le sentiment d’avancer, et cela nous a permis de rattraper le retard pris au départ.

Le temps va commencer à sérieusement forcir ensuite, on ne comptera plus les cafés renversés, les contenus de placard qui se déversent à chaque ouverture, les bruits infernaux des vagues qui claquent…  pas besoin d’aller faire des montagnes russes au retour, les enfants ont eu leur dose. Nous sommes passés à 20 nœuds de vent en moyenne, avec beaucoup de grains dont certains sont montés à 50 nœuds (force 10)… quand on sait qu’on est sous évalués…même plus peur, on s’ennuie à 20 noeuds là où avant on était en mode suricate!! On s’adapte vite finalement .

IMG_6576

Bref, compliqué à gérer avec des nuits forcément hachurées en raison des quarts, heureusement qu’on avait fait le plein de playlists, les grains qui nous sont tombés dessus étaient sans doute dus à nos cordes vocales complètement en roues libres!

Assurer l’école au petit matin était rocambolesque, on avait en plus mis la pression pour qu’ils s’avancent bien dans leurs devoirs, histoire d’avoir quelques jours de vacances avec les copains à l’arrivée …des survivors!! Grâce à cette nav, nous saurons maintenant l’importance capitale et stratégique des repas, nos enfants finiront fin gourmets à ce rythme et prêts pour top chef!

IMG_E6556IMG_6519IMG_3832_MomentIMG_3782_Moment

Les pipi, les pipi, les pirates….

Au large du Nicaragua et Honduras , on prend nos précautions pour éviter les attaques de pirates qui opèrent de plus en plus au large. Mercredi soir, on met le bateau en mode nocturne, plus de lumières, tout ce qui peut attirer l’œil est planqué et nous… on attend en serrant le fessier. Évidemment nuit sans lune, nous naviguons sans feux et sans AIS… pas intérêt à croiser quoi que ce soit.

Je passe mes quarts à scruter mon bâbord toute la nuit pour m’apercevoir que c’était sur tribord le danger… je viens bien de Vénus !

Lors de son quart Capitaine viendra me réveiller (c’est bien la première fois), deux bateaux suspects à notre bâbord pour le coup . On planque l’iridium , scrutons à la jumelle , ça ressemble à des bateaux de pêche nocturne… on passe entre les bateaux et la côte qui est à plus de 100 mn et on prie pour qu’ils ne nous voient pas au radar . Il y a beaucoup de houle et grains sur grains, cela nous aide à être « invisibles ». En effet, les pêcheurs dans le coin ont une face « pirates » à leurs heures perdues …

Au petit jour, au moment du petit dej, arriva ce qui devait arriver… un bateau de pêche fonce directement vers nous … branle bas de combat, les enfants sont confinés dans leur cabine, nous re-planquons ce qui peut l’être , sortons les cigares qu’on nous avait donnés à Cuba, ainsi qu’un vieux téléphone pour faire leurre.

Le bateau de pêche approche de plus en plus, nous sommes avec le Capitaine au poste de pilotage (en train de faire le point sur notre existence , voire faire nos adieux déchirants). Le bateau pile à 50 mètres du nôtre et en scrutant (l’air de rien bien sûr )la mer, nous nous rendons compte qu’autour de nous il doit y avoir au moins 20 mini pirogues avec dedans deux hommes dont 1 qui rame contre la houle et l’autre qui écope …l’état de la mer avec des creux de 3 à 4 mètres et le stress nous ont complètement aveuglés . C’est absolument incroyable de voir ces mini canoës en plein océan à plus de 100 milles des côtes, faut le voir pour le croire . Là ça passe ou ça casse, nous sommes encerclés et c’est très dangereux, nous risquons de foncer dans une barque et pas franchement envie de faire des exercices d’hommes à la mer.

IMG_6590
En regardant bien vous verrez des petits hommes dans des petites barques…

Par réflexe pavlovien nous leur faisons un salut timide (la politesse en toutes circonstances…), hilares, ils nous saluent également et nous font des grands signes. J’en profite pour ressortir le téléphone de sa planque et essayer de les prendre en photo, sinon personne ne nous croira.

Deux autres bateaux de pêcheurs les rejoignent… ça sent la fin des haricots… finalement on sent qu’on les a pris par surprise alors qu’ils étaient en train de poser d’immenses filets de pêche et il semblerait que nous soyons passés en plein milieu…pas le temps d’aller détrousser les touristes.

On fait attention à ne pas se prendre les pieds dans le filet (ça nous connaît ) et continuons comme si de rien n’était et slalomons entre les mini barques.

On a eu chaud et après coup nous rendons compte qu’on aurait pu le payer cher, les dernières attaques étaient faites par des pêcheurs non loin de là.

Après … la politesse nous a peut être aidés?? Les enfants nous avoueront que triple A avait ouvert son hublot et faisait des grands coucous… le brief sera à améliorer .

La journée de jeudi se passe bien, mes 20 ans « n’étant plus depuis longtemps , Madame », les siestes sont devenues incontournables, j’attends la fin du cned avec une impatience rendant ma part de patience encore plus congrue …

Le soir, nous refaisons la même opération feux éteints, ici deux dangers: les pirates toujours et les bateaux go fast qui trafiquent entre providencia et la côte … quand on aime,… on se fera encore des frayeurs mais rien de comparable au petit matin de la veille.

Samedi, pétole… limite on a du mal à s’y faire après ces derniers jours. On en profite pour dormir , enfin moi surtout…

Dimanche nous sommes enfin au large du Costa Rica, obligés de faire des ronds dans l’eau et attendre le lendemain pour arriver de jour., quoi de plus rageant?

Après un faux départ, nous aurons la « chance » de faire une fausse arrivée, le village prévu du rendez-vous est impraticable , des rouleaux de vagues l’entourent, pas de pontons pour accoster et un voilier échoué sur la plage.

Nous irons nous poser sur une plage plus à l’abri de la houle à côté et enfin dormir!! Demain, arrivent les amis, nous ne tenons plus les enfants!

Conclusion : on se sent maintenant vraiment amarinés, tenir les quarts à deux c’est jouable mais pour le Pacifique et le quota de sommeil de chacun , les deux beaux-frères seront précieux !

IMG_0188
no comments…
IMG_3759_Moment
toujours spectaculaire

13 réflexions sur “Comme une traversée… (Belize-Costa Rica) et sueurs froides (les Jack Sparrow version pêcheurs)

  1. Tof

    Quelle épopée !!! 💪Heureusement que vous arrivez entiers on s en serait voulu toute notre vie 😰 Reposez vous bien. on arrive les poches pleines de remontants en tout genre après la vingtaine de colis reçus et après avoir passé la douane américaine non pas sans sueurs froides. on a même fait chez nous une pièce dédiée aux réceptions de colis 😁🎅🎁

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour votre message, on a du mal à réaliser qu’en France les lunettes de soleil ne sont pas de mise … ou en êtes vous de vos projets?? Sinon on vous attend avec plaisir dans le Pac!
      Bises à tous les 5

      J'aime

  2. Olivier

    coucou les aventuriers,
    je ne sais pas si vous avez reçu nos autres messages, mais on vous suit vous et vos péripéties.
    Je vous rassure vous n’êtes pas les seuls. Lotus aussi cumule.
    En tout cas, vous êtes parés pour la traversée, quand on a fait 16 jours, 20 ou 25 jours c’est pareil surtout que vous serez normalement au portant.
    Et Faka dans tout cela il vous suivait?
    Bises et à une prochaine.
    Olivier & Monick I Feel Fine

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou les amis Feel Fine,
      Merci de votre message , c’est la joie des bateaux !
      Nous n’avons pas reçu vos messages, notre abonnement digi le est arrêté!
      On vous embrasse et peut être à bientôt dans le Pacifique ??

      J'aime

  3. Lotus

    Quelle aventure ! J’espère que notre chemin vers Panama sera plus calme !! Pour l’instant on est encore à Saint Martin et on attend les vents favorables pour aller profiter des BVI !! À bientôt aux San Blas ou plus loin. La bise à Fakarever.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s