Grenadines: tempête et mésaventures 

Mardi 15 Août, nous entamons-enfin- notre descente vers le sud, statistiquement moins touché par les tempêtes et les cyclones.Première halte à Ste-Lucie, Rodney Bay que nous avions visité il y a déjà trois mois.

À mon retour de snorkeling , je vois les enfants jouer avec de nouveaux amis …américains . Les dialogues entre eux valaient leur pesant de cacahuète, toutes les 5 secondes : »maman, comment on dit « triple salto arrière  » euh… », ou « les filles poussent les garçons « ? Ils s’amusent comme des fous et ça les débloque complètement par rapport à la langue, amusant à voir.

En fin d’après midi, nous apercevons l’équipage de Moana, occasion de prendre un pot ensemble… la transhumance commence bien!

Nous savons qu’une tempête tropicale s’annonce pour la fin de semaine, quelle stratégie adopter ? Soit nous restons à la marina de Ste Lucie, soit nous tâchons de passer au sud de la tempête et mettons le cap sur Bequia. Après de longues heures passées sur les fichiers météo et autres sources , quelques insomnies du capitaine, décision est prise de passer au sud, mercredi halte aux deux pitons et jeudi, la nav devrait être assez longue, on partira tôt.

Jeudi, lever 5:30, l’avenir appartient sûrement à ceux qui se lèvent tôt mais ca pique quand même.

Nous mettons la cane à pêche venant de Phileas en transit sur le bateau que nos amis récupéreront en octobre, histoire de voir si ca vaut vraiment le coup d’investir, ainsi que la traîne.

Concours est lancé entre Greatwine et les filles, qui gagnera?

C’est la cane qui siffle la première …

Greatwine remonte un poisson, nous cherchons vite notre livre sur les poissons caraibeens: nous comptons les nageoires, les dents, impossible de déterminer si c’est un thazard ou un barracuda. La distinction est cruciale, l’un est touché par la ciguatera, l’autre pas.

De nature optimiste, j’opte pour le thazard (mais lance néanmoins un appel Facebook) et le prépare rapidement, l’odeur et les traces sur le pont étant assez prégnantes et chacun connaît mon sens de l’ordre…

Les filets au frigo, le Capitaine nous demande de rentrer la traîne , en raison de multiples casiers. En la remontant, nous nous rendons compte que la traîne avait une magnifique dorade coryphene à son bout.

Nous la remontons avec moultes précautions, la dernière nous ayant échappé au dernier moment, nous sommes généreux en rhum, à 59°, cela devrait assommer un mammouth.

1,10 m! en gros elle dépasse triple A en taille et sans doute en poids.

Le sang coule ( cela étonne et dégoûte les enfants) et moi je me demande par où commencer le dépeçage, l’odeur est forte, très forte , la bête assez grosse et mes couteaux de cuisine …modestes!
Une fois la bête décapitée, nous nous rendons compte que la dorade était une maman pleine d’oeufs, imaginez les têtes désespérées de nos deux derniers quand ils ont réalisé.

J’ai pu lever quelques filets mais c’était une véritable boucherie (…), vive le seau!

Mon admiration est grandissante pour les poissonniers et elle est sans borne pour les maîtres sushis japonais( je comprends mieux pourquoi leur couteaux sont aussi bons).

Entre temps, nos amis facebk sont très efficaces et votent pour le barracuda, moins touché par la gratte au sud de la Martinique… à nous de voir si on le garde.

Arrivés à Bequia, des boys boats nous aident à nous amarrer à une bouée que je me suis empressée de vérifier. Un des boys est prêt à récupérer le barracuda, pour lui, pas de danger…
Snorkeling de décompression de mon côté , jamais vu autant de langoustes de ma vie et surtout aussi grosses…Vivement la fin de la tempête pour aller les saluer dignement.

Vendredi matin, je me réveille et constate que finalement la nuit n’a pas été si impressionnante , j’ai bien dormi, merci! Bon, le Capitaine un peu moins mais je commence à me rendre compte qu’il dort vraiment très peu , question de nature sans doute … Je rassure des bateaux amis qui nous suivent.

En fait , le gros est arrivé entre 8h et 12h… et franchement ça tapait sévère ! Orages et éclairs impressionnants, comme un feu d’artifice au-dessus de nos têtes …

La mer, turquoise à notre arrivée la veille, est devenue, avec tous les torrents de boue et d’égouts, marron pas très folichon…

Les rondins flottants autour de nous et la journée passée enfermés nous ont fait penser très fortement à la crue de la Seine l’an dernier…souvenirs, souvenirs ! Les enfants ont eu leur dose de travail de vacances, dessins animés, crapettes et jungle speed.

Amusant également de constater que nos bateaux voisins faisaient également exactement de même de leur côté !

Première tempête tropicale,  Harvey de son petit nom passée ! Au suivant …
Nous passons deux jours agréables à Elizabeth bay, faisons un trip jusqu’au fort local.

Départ pour Canouan dimanche, petite baie tranquille . Lundi matin nous migrons pour Charleston , capitale locale. Nous partons à pied pour traverser l île et nous baigner dans la piscine naturelle protégée par la barrière de corail. Endroit fabuleux et totalement désert.

Au retour, après une séance de salon de coiffure improvisée sur le pont, nous décidons d’aller à Mayreau. Salt Whithle bay est notre première étape , endroit paradisiaque, bordé de cocotiers.  Golden Girl sympathise vite avec une petite fille de son âge et de notre côté nous nous entendons avec le boy boat à propos du diner. Nous demandons des langoustes; il nous explique que ce n’est plus de Saison , se renseigne. il revient et nous dit qu’il nous livrera sur le bateau a 18:00, pour éviter d’avoir des problèmes , la pêche à la langouste étant interdite en ce moment.

18:00 passe , 18:30, puis 19:00… on se laisse 19:30, avant de lancer le diner, les enfants commencent à avoir les crocs.
Nous dînons tranquillement quand à 20:00 une barque s’approche avec le diner… nous expliquons que c’est trop tard pour nous , le ton manque et vla t’y pas que le gars commence à s’échauffer et à nous menacer de saborder le bateau.

De rage il essaie de choper notre réserve d’essence de l’annexe, n’y arrive pas et balance à l’eau le contenu de la boîte contenant toutes nos chaussures ….

Il n’en faut pas plus pour nous chauffer pour de bon .

Je le traite de fu€ »# bast#%^* et plonge (en petite , toute petite tenue) récupérer les chaussures. On a le sens des priorités qu’on peut… Retour au bateau , le Capitaine joue au memory, enfer, il en manque deux.

Je repars, aidée par le bateau d’à côté qui n’a rien capté de nos malheurs mais à bien voulu m’éclairer , et retrouve les deux tongs manquantes. On décide de se tailler vite fait, on met 1 h avant de mouiller dans l’anse suivante .

FDSC_0025

DSC_0041
Cane: 1
DSC_0042
recherche de l’espece du poisson (à peine dégouté)
DSC_0116
par où on commence?
DSC_0120
plus grande que moi…
DSC_0127
…et presque aussi grande que moi
DSC_0153
au rayon boucherie…
IMG_0679 (2)
le temps que la tempete finisse de rouspeter
IMG_0689
promenade post tempete

IMG_0695IMG_0704

IMG_0747
quiétude totale… ou presque!

IMG_0769 (2)

IMG_4978
quand on dit qu’on est seuls au monde…
DSC_0182
elle était pourtant sympa cette plage…à quelques pirates près

urieux , tremblants et dégoutés par cette triste aventure dans laquelle personne ne sort gagnant .

Non mais à l’eau quoi 😶

Les aléas de la mer…

Vendredi 3 Août , départ pour la cote ouest de l’Atlantique, Phileas Fogg entame sa dernière quinzaine, on prévoit de les retrouver au Robert.

Après quelques miles à slalomer avec les casiers -étrange impression de déjà vu-, le moteur tribord refuse de s’allumer , le voyant « voie d’eau » restant désespérément en alerte… Pour un moteur qui vient d’être révisé, un peu rageant. Décision est prise évidemment de revenir au Marin en toute urgence.

Samedi matin, notre référence moteur au Marin vient constater les dégâts , la fuite ne vient pas du moteur mais d’une voie d’eau qui arrive directement dans la cale moteur. Est-ce raisonnablement mieux???

On évacue l’eau des cales grâce aux pompes, décision est prise de partir quand même retrouver Phileas Fogg pour un dernier trip sur la côte Atlantique, nous reviendrons en fin de semaine pour les réparations.

Ce faux départ aura eu le mérite de nous faire vivre en live le passage du tour des yoles (embarcations locales ) qui faisait escale au Marin. Les bateaux sont impressionnants, pleins à craquer, les voiles de toutes les couleurs et le cortège les accompagnant pléthorique. Ils se sont tous retrouvés à Sainte-Anne où nous étions vers 15h, les bateaux sonorisés comme il faut et les équipages ayant apparemment sifflé quelques ti-punchs … les zigzags des bateaux nous frôlant un poil trop à notre goût, nous avons migré sur l’anse déserte d’à côté. Bien nous en a pris , cela nous a offert un spot incomparable pour observer le départ des yoles le lendemain (et d’assister au dessalage de l’une d’entre elles malheureusement ).

Départ donc samedi pour le Robert et l’Ilet Madame. Au cours de ce trajet nous avons croisé une horde de dauphins ( que j’ai pris pour des algues mouvantes dans un premier temps, c’est dire la fatigue nerveuse). Pas réussi à les photographier tous en même temps (pire que des enfants à canaliser) mais sensation forte garantie, surtout lorsqu’ils dansent autour de nous.

Retrouvailles heureuses des équipages des deux bateaux. Les journées ont passé vite, jeux d’eau, pêche à la langouste, balades pour aller titiller des iguanes,..,  pour le plus grand bonheur de tous. C’eût été trop parfait, à l’occasion d’un trajet en annexe pour aller d’un bateau à l’autre, Greatwine est revenu avec le câble d’accélérateur dans les mains …

Nous sommes repartis mercredi dernier, avons mouillé dans les anses autour de Ste-Anne avec Phileas.

Le moteur de l’annexe a été réparé, malheureusement pour le moteur du cata, il faudra attendre lundi pour avoir quelqu’un de disponible… le bateau est définitivement une école de la patience…

Promesse faite à tous les enfants de les emmener profiter des jeux aquatiques gonflables qui leur fait tant envie le vendredi après-midi. Les papas n’ont pas résisté et les ont rejoints, tout ce petit monde s’est bien défoulé, nous nous sommes retrouvés le soir sur 6gone avec une autre famille pour une dernière belle soirée (nous n’étonnerons personne en disant qu’il y  avait de la langouste au menu!). Nous retrouvons une dernière fois Phileas lundi. Ils avaient préparé des sacs entiers de conserves, pâtes, épices, jeux… adorables!! Encore merci les amis.

Lundi, nous faisons les travaux pour colmater la fuite et préparons notre route pour la Barbade, le nom fait  rêver à lui tout seul,  nous devons y récupérer un moteur pour nos futurs compagnons de mer. Cette ile est située à l’est de l’arc antillais, les alizés étant eux aussi plein est, nous surveillons la fenêtre météo favorable pour éviter de passer la nav à remplir des seaux. Je prépare également les anti-nausées et autres patchs histoire qu’ils fassent effet dès le début, prévision de la  nav de nuit également. Nous échangeons lundi avec Cap’tain RV sur l’adresse où récupérer la bestiole pour nous rendre compte que le dit moteur n’est pas à la Barbade mais à … Grenade! (je partage avec joie mon statut de boulet…)

Cela change quelque peu les plans (de manière beaucoup plus favorable et sereine) mais on n’est pas passé loin de la loose totale! Souhaitons que lorsqu’on sera à deux bateaux et que l’on  mettra cap sur Tahiti, l’on ne se retrouve pas à  Haïti… En tout cas, cela nous aura bien fait rire en cette dernière journée au Marin.

Nous partons donc aujourd’hui pour notre transhumance dans le sud… enfin, si aucune avarie de ne se présente d’ici là, on croise les doigts!