À la Une

Marins à terre à Papeete

Nous sommes à Papeete depuis plusieurs semaines maintenant, reprenant une vie terrestre, dans la maison louée à Pirae.

Le bateau est au chantier, le capitaine va le visiter tous les matins pendant que la vice cap’ s’attaque au CNED. Cette année, nous avons la joie d’intégrer à ces séances de torture  triple A qui fait sa rentrée en CP. Heureusement, les séances sont relativement courtes, il est difficile de faire tenir notre puce sauteuse plus de 5 minutes assis, sans avoir les mains qui farfouillent on ne sait quoi, les pieds qui ont la bougeotte avec pause négociée toutes les 5 minutes pour « boire » avec sa corolaire que je vous laisse deviner… tout cela lui donne beaucoup d’émotions. La vice cap en profite pour respirer un bon coup et s’intéresser aux trois autres loustics qui n’en demandent pas tant.

DSC_0259
chouette, le CNED!

Le capitaine, pendant ce temps, fait de belles rencontres au chantier…. oh yeah !

img_0401
un barbu peut en cacher un autre

Septembre rime aussi avec anniversaire de triple A. Ayant la chance d’avoir de la place pour accueillir du monde, nous pouvons faire signe à tous les bateaux copains, Makena, Gaia, Mirage, Lotus et Karemo seront de la partie, pleins d’enfants pour accompagner le passage à l’âge « presque » de raison de triple A.

DSC_0002 (2)DSC_0003 (2)DSC_0006 (2)

Les semaines passent vite, le week-end nous retrouvons les bateaux des amis à l’occasion de grands pique-niques, restaurants pieds dans l’eau,… Un dimanche, nous partons à l’exploration de l’ile, profitons d’une belle promenade (comprendre, beau dénivelé) pour aller au Belvédère et y manger une …fondue ! Arrivés trempés comme des soupes (hélas pas par la pluie), accompagnés de notre petit nuage d’odeurs, le restaurant est haut-perché et se mérite après 1h15 de grimpette. Heureusement la piscine a pu rafraîchir les plus jeunes, les plus âgés se sont contentés de boissons fraiches.

img_0798
concentration pour éviter le gage

Nous redécouvrons également les salles (fraiches) de cinéma à l’occasion de la sortie du dernier Mission Impossible qui en plus a été tourné à Paris avec des scènes hallucinantes sur la Seine, nous ne pouvions pas le louper ! Cela nous a fait tout drôle de revoir tous ces monuments, Paris qui ne change pas, tout comme Tom qui limite rajeunit, la scientologie, élixir de jouvence ?

Nous sommes également heureux d’aller rendre visite à la 25F, comprendre, la base militaire aérienne avec l’équipage qui nous a survolés pendant des heures lors de notre voie d’eau .

Elodie de Lotus, ancien pilote d’hélico qui a passé qq temps sur la base, nous a accompagnés lors de cette visite. Nous avons même pu entrer et visiter le « Gardian », l’avion qui nous a survolés et pu tester le matériel utilisé lors des sauvetages avec les hélicos, et visiter le Dauphin.

C’était très fort de pouvoir mettre des visages aux voix entendues à la VHF et de pouvoir comprendre le fonctionnement et les contraintes de nos sauveteurs, encore merci Messieurs !

Octobre est un mois de haute importance également dans la famille puisqu’il y a 13 ans déjà naissait GreatWine. Les cadeaux étaient adaptés au bonhomme : des revues de voile, des bouquins de … voile bien sûr !!

DSC_0022img_0718-1

Nous n’avons pas pu ne pas aller au premier festival celtique de Tahiti, absolument mémorable de danser en se tenant le petit doigt et en marinière évidemment ! Les enfants se sont régalés de galette saucisse/crêpe au Nut, et sont revenus en braillant dans la voiture « du rhum, des femmes, de la bière »…grande classe !

Après la 25F, nous avons la chance de pouvoir rencontrer également l’équipe du JRCC (équivalent CROSS) qui a coordonné les opérations pendant notre sinistre. Impressionnant de voir la carte de leur zone d’intervention (l’équivalent de l’Europe), avec le peu de moyens à disposition (le fameux avion et deux hélicos). Cela n’empêche pas de mettre tout ce qu’ils peuvent pour sauver des vies humaines, la coordination avec la 25F est impressionnante, nous avons pu suivre une opération d’homme à la mer avec déploiement de l’avion, qui passera des heures à sillonner des km² d’eau. Nous avons été très touchés et émus de pouvoir rencontrer ces personnes incroyablement humbles et professionnelles, un bel exemple pour les enfants.

Les vacances de la Toussaint seront l’occasion pour les enfants de refaire de la voile, et oui, cela leur manque trop 😉

Nous espérons pouvoir récupérer le bateau maintenant le plus vite possible, avec ses hublots tous neufs (et oui, quitte à remplacer celui qui s’est fait la malle, la prudence recommandait également de changer l’autre dans le doute….).

Tous ces évènements ont bouleversé notre programme puisque nous aurions dû être en ce moment en direction de la Nouvelle-Zélande. Nous devons attendre que la saison cyclonique se termine à l’abri, sans doute aux Marquises, et viser la prochaine fenêtre pour continuer le périple. Nous allons donc, après avis serré du comptable en chef de l’équipage , continuer ce beau voyage jusqu’en juillet 2020.

À la Une

Ohé, Ohé, (vice) Capitaine abandonné(e) Rangiroa Août 2018

Après les adieux déchirants avec les cousins, nous repartons sur Rangiroa pour y déposer le Capitaine qui part  pour quelques jours en France embrasser sa grand-mère et toute sa famille.
Nous retrouvons avec plaisir Makena qui mouille à l’entrée de la passe nord.
Je vais nager un après-midi en prévenant le Capitaine de l’endroit où je pense aller.
Évidemment le courant est tellement fort que je me fais embarquer en direction de l’océan, la marée est descendante, impossible de lutter contre, juste essayer de biaiser en allant sur le côté . Bien m’en a pris, je croise des pêcheurs qui me récupèrent. Ils ont l’air de se demander si j’ai toute ma raison… Ils me demandent si je suis pressée… drôle de question! Je leur réponds que non, et que mon mari sûrement inquiet ne devrait pas tarder à venir me chercher.
Ils me laissent dans une petite baraque, m’empruntent mes palmes masque et tuba et repartent pêcher au harpon dans la passe.
Au bout d’une demi-heure, malicieusement ils me demandent « alors, sirène, ton Capitaine arrive bientôt? »… bon, je fais celle qui est confiante bien que bouillant intérieurement.
Au bout d’une autre grosse demi-heure de pêche, fructueuse d’ailleurs, et constatant que personne n’avait l’intention de réclamer leur encombrant colis, ils me proposent de me ramener en pirogue. Oups, rien que de monter dessus sans la renverser, c’est chaud.
Je leur demande s’ils veulent que je les aide à pagayer. Mes deux escortes refusent galamment mais au bout de 100m, me tendent une pagaie… je ne sais pas trop comment l’interpréter mais fais de mon mieux pour suivre le rythme et les changements de main.
Ils sont morts de rire quand ils voient que le Capitaine s’est à peine rendu compte de l’absence de la «sirène » et nous quittent en nous offrant en plus un beau thasard.

retour de la sirene
déjà rentrée maman?

Le moment du départ du Capitaine arrive, nous sommes tristes de ne pas l’accompagner (en annexe, n’oublions pas que nous sommes dans les iles) et nous consolons en faisant de belles plongées .

Greatwine passe son niveau 1 et de mon côté je travaille les plongées profondes.
Elles resteront gravées à jamais, j’aurais la chance de toucher et jouer avec des dauphins, suivre des raies royales et bien entendu observer de près les requins lors des dérivantes. Le courant est extrêmement fort, lors de la dernière plongée, nous sommes partis à 5 et sommes retrouvés à 3 à la fin…Ambiance…
Le couple qui était avec nous n’ayant pas pu palmer suffisamment pour prendre un embranchement sous l’eau, on s’est retrouvés à plus de 500 m les uns des autres. On comprend mieux pourquoi les centres de plongée demandent un certain niveau pour les passes…

Luc et Sarah sont toujours à côté de nous, malheureusement Sarah a chopé un mauvais virus qui l’a cloue au lit. Elle est bien faible mais cela ne l’empêche pas de faire avec les enfants ….des maths!
Incroyable de voir les enfants cogiter sur le triangle de Pascal, s’entraîner à coder, se pencher sur des problèmes et des équations tout en s’amusant. Absolument génial! Merci encore les amis de votre gentillesse et disponibilité, vous leur avez fait un beau cadeau !

IMG_0071
des ribambelles de chiffres

Le Capitaine rentre enfin au bout de 5 jours, valise pleine de bonnes choses et de cadeaux (et surtout les cours du CNED des deux plus jeunes), c’est la fête sur 6gone! Il est arrivé au bon moment, le vent (le Maramu) avait tourné sud, moyen moyen de s’entortiller autour des patates de corail, tel un spaghetti sur sa boulette.
À l’occasion d’une séance internet à terre, nous allons avec Golden Girl chercher le Capitaine en annexe.
Au ponton est arrimé un navire militaire. Intriguée par les pompons, je réponds très sérieusement aux questions de ma fille sur cet étrange attribut. Distraites (l’attrait de l’uniforme sans doute) , nous menons assez rapidement l’annexe. Deux marins nous font des grands signes , trop heureuses, nous leur faisons coucou également. Ils insistent et nous voyons le Capitaine (sans doute jaloux) faire aussi de grands gestes…. jusqu’à ce qu’on se rendent compte que nous étions en train de passer à quelques centimètres de plongeurs militaires ….oups l’angoisse…quelle idée aussi de plonger à l’entrée du débarcadère !

IMG_0094
en uniforme aussi

Nous restons encore quelques jours sur Rangiroa, occasion de rencontrer l’équipage de Bulle. Entre la confection d’engins flottants (élégamment baptisés Trimarans) et de planche à voile, les enfants ont terminé leurs grandes vacances joyeusement.

DSC_0241
la voile ne suffit pas, il faut quand même ramer
DSC_0253
option sans voile
DSC_0189
toboggan improvisé

DSC_0214

DSC_0207
n’oublions pas l’essentiel

Nous partons un après-midi en annexe sur la passe avec les deux grands et Luc. L’enjeu est de se laisser dériver (avec l’annexe retenue quand même) et emporter par le courant tout en admirant les poissons. tellement kiffant que nous le refaisons 4 fois, mieux que n’importe quelle attraction de chez notre ami à grandes oreilles.

Nous profitons d’une fenêtre météo clémente pour aller au lagon bleu, un lagon dans le lagon! Les couleurs, dégradés de bleus, jeux de transparences, sont spectaculaires. L’accès en voilier étant compliqué, nous sommes seuls pour en profiter, quelle chance nous avons.

DCIM100MEDIADJI_0055.JPGDCIM101GOPROGOPR3348.JPG

DCIM100MEDIADJI_0051.JPG
lagon dans le lagon

Direction maintenant Papeete pour quelques semaines…remplacement de hublot oblige.