À la Une

Belle fin d’année à Fakarava

Les jours se suivent et se ressemblent ces dernières semaines , ponctués par l’arrivée de bateaux, le départ d’autres, les derniers envois pour le CNED,…

 

La passe nord d’Apataki nous laissera de beaux souvenirs en plongées dérivantes . Dans un moment d’euphorie, Golden Girl me demandera comment savoir si on est mort ou bien vivant vu qu’on est au paradis … bonne question, non? Lorsque je lui ai répondu que pour le déjeuner il y aurait du poisson, elle a vite trouvé la réponse!

DCIM101GOPROGOPR3413.JPG
coucou les amis!
DCIM101GOPROGOPR3410.JPG
un dauphin parmi les requins
DCIM101GOPROGOPR3424.JPG
une pieuvre?

Nous partons pour Toau après un vague détour par le village d’Apataki croisé au loin mais dont le mouillage nous a refroidis.

 

Sur Toau nous irons à l’anse Amyot où sont installées par Valentine et Gaston quelques bouées .

DCIM100MEDIADJI_0073.JPG
un aquarium géant

Nous sommes seulement deux bateaux, les enfants iront passer leur après-midi à jouer avec les chiens et les cochons (occasion d’expliquer à triple A le passage magique de la gentille bestiole à la chair à saucisse ) pendant que les parents snorkleront dans un aquarium géant . Jamais vu autant de murènes de ma vie, une foule de poissons connus et inconnus, ni autant de courant d’ailleurs. En plus, il suffisait de passer commande pour avoir quelques heures plus tard des filets de perroquets levés ….le paradis disions-nous!

Lotus nous rejoint, cela sent les vacances ! On tient quand même à achever le CNED mais bonjour la lutte !

Nous retournerons d’ailleurs sur Faka nord pour tenter de l’envoyer, le nombre d’heures passées pour ces fichus fichiers… incroyable.

Nous attendons également des colis de France, seulement, une fois arrivés au guichet, on nous prévient que rien n’a été reçu et que le prochain bateau partira fin janvier  de Papeete… gloups.

L’avantage d’être au village nord est que nous allons pouvoir assister à la messe de minuit (de 19 h mais l’esprit est là). A 18:30 toutes les places sont prises et les chants improvisés. A 18h45 triple A nous demandera si c’est bientôt fini et évidement était prêt à lever les voiles à 18h59! La messe sera en partie en français, joyeuse et animée.

img_1676
oui, c’est bien en Français, tu peux chanter Numerobis!

La récompense fut de trouver au retour le bateau truffé de cadeaux ! Nous avons maintenant un cow-boy à bord, une maman d’un nourrisson de 20 cms et des pilotes (virtuels ) d’avion de chasse …la classe.

img_1716
Ca ressemble à des enfants contents
img_1699
c’est une fille madame, félicitations!
img_7756
Haut les mains

La météo est changeante, nous connaissons nos premiers orages et éclairs depuis plus d’un an, cela fait tout drôle, cela ne nous empêche pas le 25 de partir pour le sud de l’atoll avec Lotus.

img_1610

img_1613
Adieu mousse!

Nous nous arrêtons à Hirifa, escale que nous n’avions pu faire cet été en raison d’une urgence des petits neveux. L’endroit est sympa mais nous commençons à comprendre la notion de pluie dans « saison des pluies ». Les enfants sortiront quand même de temps en temps.

img_7782

derrière la chaussette…le slip troué

Que voilà

img_7790
On arrive quand?
img_7778
Préparation de cadeau

Le 27, nous partons avec Lotus pour Kokakoka. Occasion d’essayer le parasailor échangé à Taina: plus grand et plus récent mais aussi avec le grave handicap de ne pas être rouge et gris… si on ne dit pas que j’ai le sens des concessions après cela…bon,  il marche bien quand même.

Nous bullons gentiement sur le bout d’atoll. A l’occasion d’une visite de Julien, en pleine   discussion à bord (serait il un brin bavard ? non, pas du tout, il y avait enjeu sur la tarte au citron préparée pour l’anniversaire d’Elodie le lendemain), le capitaine lui demande au bout d’un moment s’il est normal que sa fille de 4 ans se carapate en sautant de l’avant du bateau (avec sa bouée quand même mais bon…. ). Gloups, la témérité alliée à un grand sens de la décontraction de certains est parfois angoissante….

img_7767
Une petite fille qui se fait la malle….

Nous sommes rejoints le 27 par Fakarever. On les a vu arriver, stopper à 1 mille de nous, faire un 360, repartir… bizarre… En fait, leur invitée a eu l’œil en regardant la mer et a repéré une de nos pagaies qui dérivait tranquillement … bien joué !

Un grand barbecue sera improvisé histoire de fêter dignement les anniversaires de la journée ( Elodie de Lotus et 15 ans de mariage pour certains, ça commence à faire sérieux non?).

On nous informe par téléphone que finalement le colis est arrivé…par avion… ! En revanche le Cned qu’on a mis trois jours à charger a été rejeté … gare à celui qui croisait notre chemin à ce moment-là !

On remonte vers le nord, belle moyenne à 7,5nds. Nous réceptionnons le colis à 11:20 pour une fermeture à 11:30 et ce pour une semaine… ouf, c’était moins une.

Joie de découvrir dans le colis des maillots, chaussures, tissus, appareil photo et autres gadgets culinaires (thermomètre de cuisson, chalumeau pour la tarte au citron,…), tissus et pleins de bricolages. Également des décos de Noël qui trouveront leur place l’année prochaine! Merci les grands parents 😉

img_7798

Premier essai de tarte… une tuerie, et on s’y connaît !

Cette escale à Faka nord a été rondement menée, nous (enfin surtout les enfants) avons pu faire connaissance de Manda et de leurs trois enfants de l’âge des trois derniers, le monde est bien fait ! Ils ont en plus le bon goût d’avoir un nutshell (sorte d’optimiste) et  nous arrivons même à trouver de rares œufs encore présents sur l’ile, la pâtisserie étant grande consommatrice!

DSC_0099
Beau Gosse du Pacifique
DSC_0088
On ne se rend pas compte de la vitesse….!
DSC_0100 (2)
Chouette des amis pour le Jungle Speed
DSC_0105 (2)
Découpage de The ‘Lemon Pie’
DSC_0063 (2)
Qui se ressemble….

 

Rendez-vous maintenant en 2019 pour la suite des aventures 6gonesques, très belle année à vous tous les amis!

À la Une

Toutouyoutou aux Tuamotu

Le jour tant attendu est arrivé pour 6gone… le nouveau départ pour enfin naviguer, cela commençait à nous chatouiller sévère, marins un jour, … Ainsi, lundi 3 décembre, nous larguons tout et quittons enfin Papeete après de dernières courses et pleins d’essence.

Nous filons vers les Tuamotu, sourire aux lèvres, rarement vu un équipage aussi heureux!! Bon, nous avons quasiment tous toujours le mal de mer mais ce n’est pas grave, la nav est courte jusqu’à Tikehau. Nous avons bien tenté un stop à Makatea mais les 3 bouées étaient prises.

Objectivement, on ne peut pas être mieux situés non?

DJI_0066 (1).JPG
Objectivement, on n’est pas bien génants, non?

 

 

Nous allons directement sur notre mouillage préféré du lagon , un peu à l’arrière du resort tout en chopant leur wifi… luxe ultime! S’ensuivent plusieurs jours de baignades, wake board et autres engins tractés … moments de joie et de sérénité! Évidemment, tout ne peut pas marcher du premier coup, le dessalinisateur (élément essentiel parmi d’autres ) disjoncte … gloups. Il faudra le mettre en sous pression si on veut de l’eau, triple A nous a tout de suite rassurés, il veut bien carburer au sprite si cela peut rendre service …

 

Nous faisons connaissance avec un cata qui viendra mouiller à côté de nous . Avec GG, nous sommes invités par Joëlle, prof de pilâtes pour une séance particulière … notre souplesse semble perfectible mais on s’amusera bien pendant une heure.

Les bienfaits de la séance vont être de courte durée , les enfants m’ont mise au défit de plonger du bateau. L’orgueil me coûtera un tassement de vertèbres, 5 cms de moins et 10 ans d’espérance de vie!

Ces quelques jours seront également occupés à préparer et décorer le bateau pour Noël , un calendrier de l’Avent a même été trouvé à Papeete, les deux cadets ont pu en plus rouvrir l’atelier clandestin de couture et de broderie.

img_7419

img_1301

img_7252-1
Plus de coussins que d’habitants dans ce bateau!

 

 

Comme il faut bien un peu d’ombre au tableau, l’hôtel nous envoie un émissaire pour nous demander de mouiller un peu plus loin, soi-disant que nous serions sur le câble électrique qui doit être changé …. on dit oui, bien sûr mais ne bougeons pas. Il semblerait d’après les villageois que cela fasse deux ans qu’il doit être changé !

Le lendemain, ils viennent accompagnés de policiers …. on ne bronche toujours pas , le mouillage est impeccable, nous ne gênons objectivement personne, non mais allô quoi!

Nous sommes rejoints par un gros voilier qui se met pile en face de l’hôtel, morts de rire, nous nous gardons bien de leur dire qu’ils auront bientôt de la visite! Ceci ne manquera pas et n’empêchera personne de dormir ni de mouiller tranquillement. Le dernier jour, le maire en personne viendra, voyant qu’on n’était pas gênants, s’est trouvé lui-même embarrassé et nous a demandé plusieurs fois de ne « surtout pas bouger de notre emplacement »!!! Euh, c’est un peu ce que nous faisons depuis une semaine très cher !! Bref, l’hôtel aura tout mis en place pour nous faire partir , usant et abusant des autorités,…

Nous étions pas loin de nous tricoter des gilets jaunes, manquait plus qu’à trouver le rond point!

Une fenêtre météo nous a incités à quitter notre nid, direction Rangiroa après deux jours très houleux à l’entrée de la passe de Tikehau. Nous partons vers 17:00, tranquillement et nous installons confortablement dans le fly desk. Triple A nous signale un gros bateau derrière nous, personne n’y prend vraiment garde, il n’y a rien à l’AIS et sommes un peu las de ses blagues. Quelques minutes après, on reçoit un appel à la VHF du dit bateau qui nous doublait par notre bâbord….

Pendant la nuit, l’alarme de cale a commencé à sonner rappelant de très très mauvais souvenirs pour certains (d’autres comme Greatwine ne se sont rendus compte de rien, ronflant comme un sonneur malgré le tapage à moins de 1 m de lui… l’adolescence dans toute sa splendeur !).

Plus de peur que de mal, c’est la douchette de pont qui est restée sur pression et le tuyau a lâché se vidant dans la cale moteur, heureusement nous avions un spare…

 

L’arrivée à Rangiroa au petit matin est toujours aussi agréable, en plus nous retrouvons les amis de Fakarever, autant dire que nous n’avons plus vu les enfants hors besoins primaires à satisfaire !

DCIM100MEDIADJI_0066.JPG
joli terrain de jeu… à vous de trouver les enfants!
DCIM100MEDIADJI_0069.JPG
DCIM100MEDIADJI_0069.JPG
DCIM100MEDIADJI_0071.JPG
Quand je disais qu’il y avait une grosse patate de corail à coté du bateau….

img_1581

img_1484
Tractage en tous genres
img_1469
Libéré, délivré,…
img_7479
motivé par son jour de chocolat de l’Avent, levé aux aurores et travaillant presque tout seul

img_1468

Numerobis a tout de même fini les Rois Maudits en 5 jours… moi qui pensais en avoir pour 15 jours. Y a plus qu’à trouver autre chose. Je lui ai mis les Troyat, Merle, Dumas, toutes bonnes suggestions seront accueillies très favorablement !

Après trois jours à Rangiroa, nous partons pour Apataki, mouillage nord et reprenons nos habitudes de Robinsons (sans wifi cette fois) mais avec Fakarever.

 

Occasion de fêter les 13 ans d’Angel Geek, avec un roulé au caramel au beurre salé … et oui, nous devons voter pour le meilleur gâteau qui sera celui de Noël . Après le Paris Brest, la pression monte… et on ne vous parle pas de notre taux de Cholestérol…

 

Débriefing à venir, en attendant nous vous souhaitons à tous du fond du cœur un très joyeux Noël!!!