C’est l’histoire d’un winch….nouvelles de Guadeloupe

DSC_0067 (2)
Arrivée sur Marie Galante
DSC_0046 (2)
coucher de soleil en nav…magique
IMG_1785
au petit matin…
IMG_1794 (2)
6gone est à l’arrière plan
IMG_1802 (2)
on avait dit « pas d’animaux sur le bateau »
IMG_1860 (2)
Avant que le winch ne nous lache
DSC_0072 (2)
« Plus haut, plus haut »
DSC_0083
Zut, c’est un barracuda…
DSC_0093
Qui s’y colle pour retirer l’hamecon?

Nouvelles fraiches,
La semaine dernière, nous avons migré vers la Guadeloupe, en évitant la Dominique qui a été durement touchée par Irma et Maria et n’est plus très safe pour les bateaux.
Arrivés aux Saintes au petit matin après 18 h de nav. nous en profitons pour retourner dans la petite crêperie que nous avions beaucoup appréciée, retour à pied pour bibi (histoire de digérer) et les deux derniers jusqu’au Pain de Sucre. En surveillant du coin de l’œil le bateau, nous apercevons « I feel Fine », occasion de se revoir, toujours avec plaisir. On se promet de se revoir « si Dieu veut ! ».
Nous filons ensuite vers Point-à-Pitre, pour une escale matériel de plongée, courses, ship et autres.
A quelques encablures de Point-à-Pitre, nous nous arrêtons au Gosier histoire de découvrir le marché nocturne et tous ses appels au péché de gourmandise.
Retour sur Marie-Galante avec beaucoup de joie malgré une nav. contre le vent bien désagréable, nous avons repris nos couleurs lavabo…
L’anse Canot est toujours aussi belle et sauvage, bien que… arrivés le vendredi en étant les seuls voiliers, le lendemain nous étions 4 ou 5, le monde attire le monde… Heureusement, dans ces nouveaux arrivants, il y avait Fakarever qui arrivait de Martinique après une bonne nav. de nuit… les jeux des 7 familles ont repris, valse des cabines, de paddles, etc. la Joie pour petits et grands ! A l’occasion du jeu qui consiste à monter en haut du mat, notre winch électrique nous lâche….. et zut, nous qui pensions en avoir fini avec les réparations… c’est le principe du bateau, on commence à comprendre, toujours une réparation ou un aménagement à faire. C’est embêtant car il va falloir hisser toute la toile à l’huile de coude. D’un autre coté, cela fera faire un peu de sport au capitaine…
Départ lundi pour Petite Terre dont Fakarever nous vante le coté « Tobago Cays ».Nous partons tous, malheureusement les conditions météo ne sont pas optimum et la houle trop forte pour aborder les passes… tant pis, ce sera pour le prochain voyage 😉
Nous nous arrêtons à St-François, dans le lagon, bien joli mais pas grand-chose à voir sous l’eau. Nous sommes attristés à la vue des bateaux échoués que nous croisons à l’occasion de toutes ces escales, il reste des marques des passages cycloniques. Elles sont également présentes dans la couverture Internet qui nous donne bien des soucis pour le CNED.
Le lendemain, nous devons repartir pour Point-à-Pitre pour trouver quelqu’un qui pourrait nous aider pour le winch. Nous profitons d’être vent arrière pour sortir le Genaker. Malgré la bonne volonté de Greatwine, l’enrouleur est fixé à l’envers. Je ne visualise pas bien le problème mais à la tête du capitaine, j’opte pour le profil bas.
Après tout un sketch à l’avant du bateau, pendu au-dessus de l’eau pour remettre le bout dans l’emmagasineur, le capitaine parvient à le remettre dans le bon sens, il me dit de choquer le génois, ce que je fais de bon cœur mais en oubliant qu’il faut retenir le bout pour éviter de péter la voile, …
« c’est comme ça qu’on déchire une voile et casse le matériel » m’informe posément le capitaine… bon, je vais faire la cuisine, cela devrait faire moins de dégâts…
Le type de Point-à-Pitre ne peut rien pour nous, il n’a pas de pièces, il faut aller voir sur Antigua, ou St Barth, ou st Martin,… bref on n’est pas plus avancés.
On rejoint Fakarever au Gosier et prenons chez eux un petit apéro histoire de se remonter le moral.
Au moment de repartir, nous sommes les 5 dans l’annexe, le capitaine nous rejoint et là…. Un grand saut dans le vide, plutôt l’eau ! Evidemment avec 2 (c’est mieux qu’un) téléphones dans les poches et en se coupant le coude. Quand ce n’est pas la bonne journée, inutile d’insister…
On se couche après un rapide pansement, et le lendemain la vue du sang sur les draps me fait un peu culpabiliser sur le soin express prodigué… on regarde d’un peu plus près, le capitaine s’allonge dare dare avant de nous faire une compote … j’ai en tête les pieds de porc qui nous servaient à nous entrainer à faire des sutures lors de la préparation du voyage. L’entaille est assez profonde, on « stripe » le tout et croisons les doigts pour ne pas avoir à sortir l’agrafeuse !
Entre temps, Triple A reconnait qu’au moment du naufrage, il avait mis la marche arrière. .. le Ti’punch n’est pas seul coupable ! Quelle idée aussi de lui laisser la barre…
Le lendemain, départ pour le nord côté Caraïbes de la Guadeloupe…et là, où l’urgence de réparer le winch m’apparaissait quelque peu exagérée, devient PRIORITAIRE étant donné que c’est moi qui me suis coltinée de hisser la grand-voile, le capitaine étant handicapé et l’équipage encore endormi…10 bonnes minutes, déjà qu’il fait lourd… trempée avant même de commencer la journée !
En arrivant sur Malendure, nous voyons un unique catamaran mouiller (hallucinant quand on pense que 3 mois plus tôt, les places étaient rares), c’est « I feel Fine », finalement Dieu a bien voulu qu’on se revoit !
Pour la suite, nous allons donc sans tarder migrer au nord pour essayer de réparer le winch, notre itinéraire change constamment, vive l’adaptabilité et la souplesse !

 

5 réflexions sur “C’est l’histoire d’un winch….nouvelles de Guadeloupe

  1. Hello les 6gone, Dominique Patry des Fakarêver m’a parlé de vous.

    Bravo pour votre voyage !

    Je suis Laurent de Les Coflocs qui va réaliser le film « Génération Tour du monde ».

    Je ne sais pas vous avez vu nos 2 premiers films « Generation Working Holiday Visa » et « Generation Expat ». Je vous envoie le lien pour que vous puissiez regarder le dernier et avoir une idée de ce qu’on va faire pour ce nouveau film « Generation Tour du monde ».

    On va partir filmer une dizaine de voyageurs à un moment et à un endroit de leur tour du monde. On les interrogera sur le Pourquoi et le Comment du Tour du monde. On dressera le portrait de Français qui ont décidé de prendre congé de leur traintrain quotidien pour vivre une période d’itinérance.

    On en fera un webdocu de 50 min pour Facebook et YouTube qui sortira en septembre 2018. Comme pour le précédent, on aura plusieurs partenaires du film (Chapka Assurances, Courrier International, Ministère des affaires étrangères, etc…). On va filmer entre novembre et avril.

    Ce serait top si on arrivait à vous rencontrer en même temps que les Fakarêver. Vous serez vers où début décembre, mi décembre et aussi entre le 26 décembre et le 4 janvier ?

    A+

    Laurent.

    J'aime

    1. Je continue… donc fin décembre à Cuba. Avant, nous avons du mal à savoir exactement nos escales à l’avance.
      N’hésitez pas à nous appeler au 33618757990 pour préciser un peu plus les détails.
      Bien à vous

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s